Histoire

L’île fut découverte par James COOK le 13 Août 1769 lors de son premier voyage, mais celui qui fut parmi les plus grands explorateurs du Grand Océan jugeant les conditions difficiles pour un mouillage sûr et l’attitude plutôt hostile des autochtones, releva soigneusement sa position mais préféra s’éloigner sans même y débarquer.

Hormis le passage de quelques goélettes durant le siècle qui suivit, il faut noter l’évènement décisif que fut l’arrivée des missionnaires de la London Missionnary Society en 1821.

Le nom ancien de Rurutu est Eteroa. Si l’on s’en tient aux traditions orales, les premiers occupants de l’île seraient arrivés à bord de deux pirogues de Tahiti: de Punaauia et, ultérieurement, de Paea. Ces premières immigrations datent probablement du VIII ème siècle (datation obtenue par Pierre Vérin dans un niveau profond d’un habitat ancien à Vitaria). Par la suite, une troisième pirogue aurait amené d’Amérique du sud ceux que l’on appelle les Ati A’ura. Malgré la funeste tentative de traversée de Eric de Bischop entre les côtes sud-américaines et la Polynésie sur son radeau Tahiti-nui II pour tenter de mettre en évidence de possibles liens préhistoriques, cet apport « inca » n’a pas été démontré par les archéologues et n‘est pas du tout certain.

Malgré des destructions importantes dues à l’agriculture, à l’élevage des porcs et au développement de l’habitat, de nombreux vestiges archéologiques subsistent dans la plaine côtière, principalement à Vitaria. Ils ont été étudiés par Pierre Vérin en 1962- 1963.